Bacquelaine recoit les PV d'un autre conducteur

Résultat de recherche d'images pour "daniel bacquelaine contact"

Le courrier lui est parvenu voici quelques jours. La lettre classique. Dûment estampillée « Wegpolitie West-Vlaanderen », elle lui signale que son véhicule a été flashé pour excès de vitesse, le 21 décembre dernier. Et qu’il est donc prié d’acquitter une amende de 53 euros, sous peine de poursuites par le parquet. Seul problème : Daniel Bacquelaine (MR) jure qu’il n’était pas en Flandre, à ce momentlà. Et ce n’est pas la première fois. La cause a fini par être identifiée : un quidam qui a acheté une plaque personnalisée estampillée « A-IO », ce qui ressemble visiblement un peu trop à la plaque ministérielle « A-10 » qui lui a été attribuée en tant que membre du gouvernement fédéral. « Ce n’est pas la première fois que cette confusion arrive », nous explique le ministre des Pensions. « Depuis mars 2016, c’est la quatrième fois que je reçois une amende et toujours pour des faits situés dans la même région, entre Bruges et la Côte. Le 8 mars 2016, j’en ai ainsi reçu une de 120 euros pour excès de vitesse émanant de la police de Middelkerke. Puis, le 26 septembre de la même année, c’était une invitation d’Indigo à payer 25 euros pour m’être mal garé à La Panne. Même chose le 2 juillet dernier : 55 euros pour m’être mal parqué à Ostende. Puis donc le 21 dé- cembre, l’excès de vitesse. » « JE M’EN SERS RAREMENT »

« Je ne me trouvais absolument pas à ces endroits-là aux dates et heures renseignées », assure M. Bacquelaine. « Grâce au système de badge nécessaire pour entrer et sortir du parking de mon cabinet, j’ai notamment aisément pu démontrer que mon véhicule se trouvait à Bruxelles. » À chaque fois, M. Bacquelaine conteste donc l’amende qui lui est réclamée. « La police fédé- rale est très collaborante. Ellemême est embêtée par ce problème de confusion des plaques. Visiblement, elles se ressemblent trop lors de la lecture notamment des radars : le « I » est confondu avec mon « 1 » et le « O » avec mon zéro. Cela entraîne aussi une surcharge de travail pour les policiers. Ils ont d’ailleurs retrouvé le proprié- taire de la plaque personnalisée qui ressemble à la mienne. Je suppose qu’ils lui font suivre les amendes… » L’affaire est d’autant plus kafkaïenne que cette fameuse plaque A-10, Daniel Bacquelaine l’utilise très peu. Son vé- hicule de fonction est muni d’une autre plaque classique. « La A-10, c’est extrêmement rare que je m’en serve vraiment. J’ai dû la mettre une fois pour me rendre au Te Deum, je pense. Le reste du temps, je la glisse en cas de besoin derrière le parebrise pour me faciliter l’accès lors de cérémonies officielles… » « J’en ai tout de même touché un mot ce jeudi à mon collègue de la Mobilité, François Bellot. Il est conscient que dans certains cas comme le mien, certaines plaques personnalisées trop ressemblantes peuvent prêter à confusion. Il aura un contact avec la DIV dans ce cadre. Personnellement, j’en ris plus qu’autre chose, et je n’en fais pas toute une affaire. Mais c’est vrai que si on pouvait un peu réfléchir à cela, la police ellemême en serait sans doute soulagée. Car pour elle aussi, cela entraîne une surcharge de travail dont elle se passerait volontiers… » - CHRISTIAN CARPENTIER

Sudinfo

Les commentaires sont fermés.